Marie-Poulette
ça caquète au poulailler

‘Ça caquète’

Le 2 ! Qu’y-a-t-il le 2 ???

Et voilà ! 2ème case.

Un suspens incroyable… va-t-on tenir jusqu’au 24 sans décéder d’impatience ???

 

Ben oui, c'est sûr ! On est le 2 !

Ben oui, c’est sûr ! On est le 2 !
Ici, une case des grandes.

Et la case des petits !(c'est passionnant !)

Et la case des petits ! (les 2 grandes ont un modèle de calendrier, mais chacune le leur. Idem pour les petits (enfin, pas le même calendrier, un autre modèle que celui des grandes et chacun un. Bref)
(c’est passionnant !)

 

Pour l'aînée, la cadette, le benjamin une mini pochette légo.

Pour l’aînée, la cadette, le benjamin une mini pochette légo.

 

Pas de pot ! L'aînée et le benjamin ont eu le même bonhomme... Zut !

Pas de pot ! L’aînée et le benjamin ont eu le même bonhomme… Zut !

Pour la petite dernière, on continue avec les merveilles à pas cher de chez Hema avec un sublime serre-tête de princesse... la Se-Cla (ou pas !). En tous cas, elle adore ! Du coup, je suis à peu près la meilleure mère de princesse du monde (à ses yeux)

Pour la petite dernière, on continue avec les merveilles à pas cher de chez Hema avec un sublime serre-tête de princesse… la Se-Cla (ou pas !). En tous cas, elle adore ! Du coup, je suis à peu près la meilleure mère de princesse du monde (à ses yeux).

 

Et demain ???

Ben demain, on est le 3 !
(je vais tâcher de publier les résultats du concours Théo et Eva ce soir… ou demain !)

Sinon, vous pouvez vous prendre un petit coup de doux sur 4enfants2bras avec un article sur les petits riens qui font du bien et qui ne coûtent rien !
 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

1er Décembre, dans le calendrier de l’Avent

On a rempli les cases bien tard… à 00h00 on y était encore…

Mais on y est arrivé !

Nos calendriers guirlandes, achetés il y a longtemps chez petit pan (il y a 6 ans pour ceux de l’aînée et de la cadette) et il y a 4 ans pour le benjamin (celui de la petite dernière a été trouvé sur Ebay l’année dernière (ouf !))

On ne fait pas de cadeaux noël à nos enfants : les mamies s’en chargent, ainsi que es tontons-tatas et parrains marraines… ça fait déjà un tas énorme ! On se lâche donc un peu sur les calendriers… Mais vous verrez. Surprise ! 🙂

Garnissage tardif !

Garnissage tardif !

 

Installation dans le couloir du haut.

Installation dans le couloir du haut.

 

Ouverture de la case 1 ce matin (hurlements de joie de la petite dernière…)

Pour elle, des trop belles barrettes trouvées chez Hema.

Pour elle, des trop belles barrettes trouvées chez Hema. Elle adore !

 

Pour l'aînée et la cadette, des mini bonhommes pour apprendre à dessiner (ou à habiller...) Trouvés chez Carrouf.

Pour l’aînée et la cadette, des mini bonhommes pour apprendre à dessiner (ou à habiller…) Trouvés chez Carrouf.

 

Pour le benjamin, un playmobil (au cas ou on en aurait pas assez...)

Pour le benjamin, un playmobil (au cas ou on en aurait pas assez…)

Vous pouvez me suivre sur le facebook : soit 4enfants2bras, soit Marie Poulette, soit les 2 !!

(et je vous mets vite fait bien fait un petit article sympa sur 4E2B… le temps de le publier !)

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Les courriers de ma banque (petit supplice du quotidien)

 

Je l’avoue (j’avoue beaucoup de trucs… même sans torture).

Je l’avoue donc, il m’arrive parfois d’avoir un petit découvert.

Et j’avoue (toujours donc) que j’ai du bol, parce que j’ai un train de vie qui correspond à peu près à mes revenus. Et ce n’est pas si souvent le cas par les temps qui courent.

 

Donc, j’ai du pot et aussi un petit découvert de temps en temps…

(Ben ouais, janvier, y’a eu les soldes et l’assurance de ma voiture à payer)

 

J’ai aussi une banque.

Une banque qui se fait du souci pour moi.

Une banque qui s’inquiète de ma petite santé financière.

Une banque qui m’envoie des petits courriers sans que ça lui coûte une thune, vous que c’est elle même qui gère le courrier en France.

 

 

Bref, une banque qui m’écrit un petit mot, pour me dire qu’elle a vu mon petit découvert.

Bon, ça ne l’embête pas du tout, ce petit découvert, puisqu’elle va me le faire payer.

Mais elle a aussi une solution pour moi, une super bonne idée trop bien qui va me sauver de mon découvert tout petit.

 

Pour me sauver de mon découvert tout petit, ma banque à moi me propose :

Un crédit, un bon gros crédit à la consommation, à taux exorbitant.

 

Ma banque veut donc me prêter l’argent que je n’ai théoriquement pas les moyens de lui rembourser. C’est gentil, ça.

 

Ma banque veut que je remplace le petit trou fait par mon découvert riquiqui par un gouffre, une faille, un puits sans fond. C’est généreux, ça.

 

 

Ensuite, quand j’aurai un gros découvert, parce que j’arriverai pas à rembourser mon prêt à la consommation, j’imagine que ma banque me renverra un gentil petit mot, peut-être même avec du sent bon dessus, pour me proposer de racheter mon premier prêt, d’étaler… de me faire payer plus… mais c’est juste pour me rendre service, hein, pour m’aider.

 

 

Et puis, quand j’aurai reçu une courrier pas sympa me disant que, quoique m’aimant beaucoup, ma S@£op€  me préviendra que c’est bien gentil tout ça, mais que maintenant ce serait bien gentil de ma part de lui rendre ma carte bleue et mon chéquier…

 

Et que basta, je ne suis plus sa banque.

Je serais donc priée de m’adresse à LA banque (celle de France).

 

Alors, chère ma banque, juste un truc comme ça : fout la paix à mon petit découvert.

Je le gère.

Ton crédit tout pourri, je n’en veux pas.

 

 

Et puis arrête de faire semblant d’être gentille avec moi.

Mes sous, tu t’en sers.

Mes sous, tu m’en piques quand tu veux…

 

(et tant que j’y suis, j’apprécie moyen, moyen que d’un coup d’un seul, tu aies décidé de me piquer des thunes quand je retire des billets dans un autre distributeur que le tien… pour ça, tu ne m’a envoyé de petit courrier)…

 

 

 

 

Bon, sinon, j’ai une maison de mes rêves bien au-dessus de mes moyens que j’aimerai bien acheter… tu me donnes un peu de sous ?? Nan ????

Pffffff… t’es pas joueuse, ma banque (et puis, t’es même pas drôle et tu n’as aucun sens du rêves, c’est naze)

 

 

Bon j’avais pensé à prendre le courrier, pour le photographier… sauf que je l’ai oublié… Je vous mets la photo au retour.

 

Suis super à la bourre sur le j’œuf express (vacances… arrrrrrrgh !!!!)

 

Vous pouvez encore jouer au J’oeufs 7 !

 

Et sinon, vous likez le profil Plumes de Marie-Poulette ????



Rendez-vous sur Hellocoton !

Marmot, tête à chapeau !

Chez Marie Poulette, on protège la crête des petits poussins avec des chouettes chapeaux.

 

Bon, en réalité, la notion de chouette chapeau est toute relative.

 

Ce qu’on impose à la petite dernière peut tout à fait être qualifié de ridicule fini. J’assume !

Parce que, en vrai, s’habiller en hiver, ce n’est pas toujours marrant… Alors, on peut bien s’amuser sur les accessoires.

 

 

Et si un bonnet loup est marrant sur un marmot, il est ridicule sur un adulte (je me demande d’ailleurs à quel âge on passe de l’autre côté. Quelle est la limite entre le rigolo-mignon et le ridicule-fini ?)

 

Et puis, avec toute l’objectivité de mes yeux de maman, la petite dernière, elle est vraiment trop chou mignonne avec son chapeau coccinelle ! (Sans parler de sa cagours qu’elle réclame tous les matins avec un mignon « nounours »)

 

Mais revenons à la coccinelle.

Et on profite du fait pour qu’elle ne soit pas en capacité totale de dire que ce chapeau est moche et qu’elle a l’air d’une tarte avec une coccinelle sur le crâne. (Tant que ça ne gratte pas, ça va !)

Nous, la coccinelle, on la trouve belle.

 

coccinelle à l'envers... ou alors, coccinelle en plein vol !

coccinelle à l’envers… ou alors, coccinelle en plein vol !

 

Tant que je suis dans les révélations, j’ai une addiction totale pour les bonnets et autres chapeaux. Mes pâuvres marmots en ont des dizaines… bon, c’est mieux de collectionner les chapeaux que les moissonneuses-batteuses… enfin, c’est plus facile à ranger dans le couloir, et puis, c’est mieux pour protéger du chaud ou du froid.

 

Les béguins.

J’ai le béguin pour les béguins !

J’adore ces petits bonnets rétro, avec presque un air de petite maison dans la prairie.

Oui, mais le béguin, ça se twist, on peut le rafraichir, le mettre au goût du jour !

Pour les couseuses, y’a les modèles chez Citronille.

 

 

Y’a ceux de ma copine Delphine, qui les fait juste pour moi !!!

Trop la classe, le béguin aubergine au crochet, avec le liseré vieil or.

Il est beau !!!!!!!

Il est beau !!!!!!!

 

Allez, zieuter du côté de chez Aoie : ils existent en hiver ou en été, ils sont simples, beaux et classes (et tout doux !)

La p'tite dernière avec un béguin doublé de chez Aoie

La p’tite dernière, floue, avec un béguin doublé de chez Aoie

(sinon, certaines boutiques, comme le petit souk en vendent)

 

 

 

Y’a aussi les chouettes bonnets au crochet ! (moi, ça me fait marrer et je regrette bien de pas savoir crocheter, parce qu’il doit y avoir moyen de s’amuser !)

Bonnet chouette, la panoplie des petits.

Bonnet chouette, la panoplie des petits.

 

 

Les petites oreilles, aussi, c’est rigolo !

Bonnet petites oreilles

Bonnet petites oreilles

 

 

(et puis, pas cher du tout !)

 

 

J’ai toute une collection qui vient de chez poudre de perlimpinpin, dont le fameux bonnet-coccinelle…

En ce moment, y’a le bonnet aviateur.

 

Bonnet aviateur chez Poudre de Perlimpimpin

Bonnet aviateur chez Poudre de Perlimpimpin

Le bonnet alphabet, aussi me plait !

 

Bonnet Alphabet chez poudre de perlimpimpin

Bonnet Alphabet chez poudre de perlimpimpin

 

 

Les cagours ! J’adore !!

Faites à la main et à la demande (le prix est en conséquence, mais c’est sublime et drôle). J’adore l’étiquette… leur créatrice est charmante… Bref, je suis fan des cagours !

Les cagours !

Les cagours !

Regardez s'il est beau !!

Regardez s’il est beau !!

Cagours à poil long !

Cagours à poil long !

 

 

 

 

 

Chez Œuf NYC (la classe intégrale) :

Le bonnet eyes, pour avoir les yeux derrière la tête.

Le eyeshat ! chez Oeuf NY : je veux ça pour surveiller les marmots !!!

Le eyeshat ! chez Oeuf NY : je veux ça pour surveiller les marmots !!!

 

 

Et pour être un super héros qui n’a pas froid aux yeux.

 

Le Bathat de chez Oeuf NY !!

Le Bathat de chez Oeuf NY !!

 

 

Les chapeaux et bonnets, ça fonctionne quand ça caille… ça fonctionne aussi quand il fait beau ! Vivement l’été qu’on ressorte les super chapeaux de soleil !!!!

 

Sans aucun rapport, j’ai un nouvel article rigolo sur les jurons sur So busy girls.

Vous avez joué ??? Y’a une belle frise Antoine Guilloppé à gagner ! Allez, il reste 8 jours (jusqu’au 06/02) !

Et le profil Marie Poulette, vous le likez ???



Rendez-vous sur Hellocoton !

La couche qui pue (petit supplice du quotidien)

Avant d’être maman, j’étais une personne civilisée, polie, qui respectait les tabous fondamentaux, qui savait se tenir en société, qui étais à peu près propre sur soi…

Mais, il faut le reconnaitre, il y a un avant et un après marmot.

 

Pourtant, on a tout lu, les Laurence Pernoud, les « comment élever son enfant », les « je suis une bonne mère… du moins j’essaie »…

Et nulle part, nulle part il est indiqué qu’on va devenir une personne dégueu, capable d’accepter, sans (presque broncher) des choses redoutables :

 

– le vomi sur la robe de soirée/dans les godasses/dans la bagnole alors que c’est jour de canicule et qu’on a encore 587 km à faire…

– L’anéantissement de notre super canapé (pour ceuss qui l’aurait loupé, y’a mon vieux machin chez Paulette)

– Les jets de pipi dans la tronche dès qu’on change la couche (en même temps, pendant 9 mois, on a servi de sanisette géante)…

– Le renoncement à avoir une conversation téléphonique entre 16h30 et 20h00

– la privation de sommeil

– la destruction du lecteur DVD (ben ouais, le lecteur DVD ne lit pas les cracottes…)

Des tonnes de petites tortures du quotidien… mais on ne dit rien (ouais, mais bon, quand même, le lecteur de DVD… pfff….)

 

Mais tout ça, on le subit.

 

 

Mais, y’a quand même un truc qui me laisse perplexe.

Un truc que je ne comprends pas.

Une espèce de réflexe de parent…

 

Le reniflé de couche qui pue : le bébé est comme ça, il fait caca… et non, ça ne sent pas la rose. On le sait quand il a fait caca, parce que ça pue.

Alors pourquoi, mais oui, pourquoi, nous les parents, on s’évertue à soulever le marmot pour lui sentir le cul qui pue ???

 

Différentes hypothèses :

Est-ce qu’on veut être sûr, vraiment sûr, du genre sûr et certain que ce délicieux fumet vient du bébé et pas du frigo ou de la boite aux lettres ? (encore, que dans le cas de parents de jumeaux, on puisse avoir un doute : vous pouvez allez zieuter Mme Bertouilles, on se marre !!)

Est-ce que la maternité nous embrouille tellement les neurones qu’on devient incapable d’associer : odeur de caca à couche de bébé ?

Est-ce qu’on devient naïf ? Du genre, ça sent le caca, fort… mais peut-être que ce n’est qu’une illusion olfactive ?

Ou alors, est-ce qu’on aime l’odeur du caca de nos bébés ?

 

Nan, mais sans rire… pourquoi les parents reniflent les culs qui puent de leurs enfants ???

Que nous arrive-t-il ????

(ou alors, que m’arrive-t-il ? Suis-je la seule à sentir le cul qui pue des mes enfants ???)

 

En plus, on le sait, on ne sent pas le cul des gens ?

 

Allez, y’a Marie Poulette qu’on peut liker sur Face de bouq !

 

Et puis des histoires de couches qui puent, j’en ai plein aussi sur l’autre blog : 4enfants2bras !

Et y’a mon dernier article sur les soldes, chez So Busy Girl !



Rendez-vous sur Hellocoton !

Se réincarner en doudou (petit supplice du quotidien)

Que le croit à la métempsychose ou pas, que l’on ait 7 réincarnations ou pas, y’a un truc dans lequel je ne veux pas être réincarnée.

 

En fait, y’a plein de trucs dans lesquels je ne veux pas me réincarner…

Une mouche à merde, une souris de laboratoire, en poire de lavement, en coton-tige… en chien (ouais, je sais, c’est totalement subjectif, mais je n’aime pas les chiens)

 

Et en doudou.

 

Mais oui qu’il a l’air mignon le doudou, mais oui qu’on a envie de lui faire des bisous…

Mais oui, mais non.

 

 

 

Le doudou est tétouillé, mâchouillé, suçoté, tellement malaxé qu’il finit par être pelé,  mité, ravagé.

Le doudou à une vie de chien.

 

Le doudou est aussi trainé sur la moquette, sur le parquet, dans l’herbe, dans la boue dans le sable, sur les gravillons du parc.

Le doudou tombe aussi parfois dans les crottes de chien (et pas sûre que ça lui porte bonheur)

 

Le doudou est couvert morve, de vomi, de larmes, de croûtes de varicelles, de caca, de pipi.

Le doudou a une chienne de vie.

 

 

Le doudou baigne dans la soupe, dans le bain, dans les trous de nez, dans… ,dans la crème au chocolat, dans le maroilles…

Le doudou peut être un redoutable chien de garde (olfactif)

 

 

Le doudou est balancé hors de la poussette, il vole en traversant toute la chambre, il est explosé au sol, dans la chambre, la tronche dans la poussière, le doudou sert à taper les autres enfants.

Le doudou est parfois un bon toutou.

 

Alors, le doudou prend sur lui pour résister, il se planque !

C’est pour ça qu’on passe des heures et des heures à chercher ces salopards de doudous.

Il se planque à longueur de journée pour vivre le plus longtemps possible. (Ou pour réussir à fuir)

Car telle est la mission du doudou : durer.

 

 

Mais le  doudou est aussi aimé, serré très fort, caché dans la couche, respiré, humé pour s’endormir (en même temps, vu l’odeur, les marmots devraient tomber directement dans les pommes… sauf qu’il semblerait qu’il y ait une certaine immunisation, une résistance à l’odeur), il sèche aussi les larmes, console les chagrins.

Le doudou est un bon chien.

 

 

 

Mis à part quelques mauvais doudous, normalement, le doudou reste là, fidèle au poste, prêt à tout subir. Il est là.

Et le doudou est un chien fidèle

 

 

 

Le doudou doit résister au moins 10 ans, si ce n’est au moins 100 ans.

(et si on compte en année de chien, ça fait un paquet !)

 

 

Parce qu’un jour, le bébé est moins petit, il est grand. Alors le doudou se fait tout petit, raplapla et un doudou, ça ne se jette pas. Il se retrouve dans une boite, avec une paire de chaussures en 18, un tout petit bonnet avec un nœud au bout, un bracelet de naissance, un dessin de bonhomme patate, une boite avec des petites dents, un petit mot sur lequel est écrit « je t’ème », un chausson mal tricoté, une empreinte de toute petite main faite à la peinture.

Il attend, il attend que le bébé ait à son tour un bébé, qu’il ouvre la boite, et qu’il prennent le doudou, qu’il le presse tout contre lui. Qu’il le respire et qu’il se souvienne. Qu’il se souvienne et qu’il voit que maintenant, il est assez grand, assez grand pour être parent.

(Et que c’est lui qui va passer son temps à laver/chercher/recoudre des doudous)

Le doudou est un chien guide.

 

 

Et dire que je n’ai jamais eu de doudou !!!!!

 

Voici donc un article double ! (yeah ! un concept !), allez retrouver la suite sur 4enfants 2 bras !!

 

Sinon, vous likez Marie Poulette sur FB ???

Pauvre doudou, jeté comme un chien !

Pauvre doudou, jeté comme un chien !

 

Demain, j’ai un chouette article rigolo, à 12h00 sur So busy Girl sur « ce que je n’achèterai jamais… même en solde ! »

macaronredactricesbg

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Vivre dans une maison playmobil… contrainte et forcée.

(article vraiment pas sponsorisé… et c’est bien dommage)

 

Y’a un jour pas si vraiment lointain où on était une petite fille.

Une petite fille avec des couettes et qui jouait aux playmobils.

 

C’était un peu un temps que les moins de 20 ans n’ont pas connu.

A cette époque, les messieurs playmobil avaient tous l’air d’avoir des collants, bleus ou blancs.

Il avaient tous un coupe de cheveux dont on avait l’impression que c’était leur mère qui leur avait coupé les cheveux (nan, mais sans rire, c’est quoi cette frange avec des échelles comme ça). Au choix, blond jaune d’œuf ou brun… caca ?

Leurs petites mimines étaient fixes. Impossible de leur tourner le poignet.

 

Ça ne s’arrangeait guère chez les Madames Playmobil : les mêmes collants que leur mec, une tunique bleue ou orange et un carré bien crétin.

 

Les playmobils étaient tous blancs.

Tous imberbes.

 

Les accessoires étaient presque accessoires… un cheval tout raide, un vague clébard moche.

Et des armes, des armes, des armes et encore des armes… mais aussi des casques, des boucliers, des canons.

 

Ben, ça ne empêchait pas de jouer : un carton de godasses, 3 bouts d’alu et hop, un château de princesse.

Un gant de toilette ? Mais non, un lit.

Un bout mouchoir en papier ? Une robe de mariée…

 

Et puis grandir et un jour, ranger ses playmobils dans une boite de chaussures. Ça rentre, à l’aise.

 

Les oublier longtemps… longtemps…

 

Jusqu’au jour où l’ainée à 4 ans.

Re découvrir les playmobils !

Avoir l’impression d’être Hibernatus réveillé après des années et des années de sommeil.

 

Pétard à mèche, c’est dingue !

Les mains bougent

Les gonzesses ont des coiffures de dingues et des fringues bariolées.

Y’a des blancs, des jaunes, des noirs, des barbus, des sirènes, des bébés, des enfants, des chats, des phoques, des chouettes, des rats, des bouteilles de soda, des pommes, des saucisses à griller, des lits de bébé, des poussettes à 3 roues, des raquettes de ping pong, des râteaux rouges et des lits avec des loupiottes qui s’allument, des machins qui peuvent cracher de l’eau…

 

Des camions de pompiers avec une grande échelle, des camping-cars avec un frigo qui s’ouvre…

Des trucs de dingue !

 

Un monde s’ouvre à nous.

On se fiche de savoir si l’ainée aime les playmobils ou pas.

Elle aimera, un point c’est tout !

(Bon, elle aime, forcément, qu’elle aime)

 

Investir à fond dans le playmobil !

Se sentir très vite littéralement ensevelie sous les playmobils.

 

Retrouver un râteau rouge enfoncé dans notre voûte plantaire.

Avoir un kart entre les omoplates au moment où on se couche dans notre lit théoriquement douillet.

Recevoir un chevalier dans l’œil au petit déj (ben quoi, il vole hyper bien le chevalier)

Être coiffée pendant des heures par la petite dernière avec un peigne à poney et constater qu’en fait, on a un début de calvitie.

Manquer de mourir en dérapant sur le taxi jaune.

 

Commencer à détester les playmobils.

 

Avoir en permanence au moins un matou en plastoc dans son sac à main.

Changer la petite dernière et retrouver un phoque dans sa couche.

Laver le manteau du benjamin et se retrouver deux chevaux dans le fond de la machine.

 

Trouver des tonnes de cheveux de playmobils, partout… des cheveux longs, des cheveux courts.

Se demander si, il y a une  vague de chimiothérapie chez les playmobils.

 

Détester trouver d’un côté les cheveux et de l’autre les têtes… avoir en horreur les playmobils chimio, les méninges à l’air…

Marmots ! Scalpez les playmo, mais remettez-leur un truc sur le crâne… ne laissez pas les crânes vides, c’est indécent !

 

Retrouver des playobils dans la voiture, dans la terre du jardin, dans la cuvette des toilettes, dans la baignoire, dans la bouche de la petite dernière (en espérant qu’ils ne viennent pas des toilettes), dans nos godasses, dans notre bouquin, dans notre assiette (en espérant que…), sous le canapé, dans le frigo (en espérant que…)

 

Faire overdose de playmobils… Ne plus pouvoir blairer les playmobils.

 

Prendre le taureau par les cornes

Devenir hyper organisée.

 

Investir dans des boites (plus ou moins de vin).

Une boite pour les petits éléments.

Une boite pour les bonhommes (cheveux et têtes compris)

Une boite pour les animaux

Un tiroir pour les trucs qui roulent

 

Demander aux marmots d’être méthodiques.

On range une fois qu’on a joué ! (On rêve des genoux)

Mieux, on range dans les boites Ad hoc (dans tes rêves, ouais !)

 

Bilan, on se coltine le tri… parce que finalement, y’a que nous que ça gêne de trouver des playmobils dans notre tasse à thé.

 

Une grande boite  P1090592

 

 

Et puis un jour retrouver notre boite de playmobils à nous.

L’ouvrir comme on ouvrirait trésor.

Déguster cet instant en repensant au château de princesse-papier alu, trop beau, à la mariée mouchoir, trop la classe.

Regarder le contenu de la boite.

Le papier alu se décolle, le mouchoir en papier n’a rien à voir avec une robe de mariée…

Trouver objectivement nos vieux playmo tout pourris.

Et puis, en prendre un en main et se surprendre à le faire avancer sur la table. Attraper un mouchoir, faire une robe de mariée.

 

Voir la cadette arriver.

Virer discrètement le mouchoir.

Lui montrer avec un peu fierté NOS playmobils.

Regarder la gamine qui inspecte la boite :

C’est tout ?? T’étais pauvre quand t’étais jeune ??

 

Refermer la boite.

La ranger…

 

Se demander ce qui diront nos petits enfants des playmo de leurs parents…

 

Se lever.

Ecraser un caddie playmobil.

Ranger la boite.

 

 

Bon sinon, y’a le j’œufs… allez hop ! On joue (c’est un peu mou du genou) !

 

Et sur 4 enfants 2 bras, y’a l’article qui m’a fait pensé à celui-ci (et aussi un grand, grand merci à Hélène… copine de boite de rangement de playmo !)

Et liiiiikez le profil FB Plumes de Marie Poulette. Histoire de ne pas en louper une !

 

Hier/aujourd'hui

Hier/aujourd’hui

macaronredactricesbg



Rendez-vous sur Hellocoton !