Marie-Poulette
ça caquète au poulailler

‘La poule aux oeufs d’or’

Chouette, je teste un pantalon de grossesse !

Je suis toute naze comme blogueuse.

Pas dans les bons réseaux.

Pas compris comment on fait pour gagner des sous ou avoir des partenaires…

Mais, j’ai le plaisir, entier et complet.

 

Et… et… Voilà que je reçois un mail de pourbébé.com (guide shopping pour bébé et la grossesse) pour tester un pantalon de grossesse ! Yallah !

Je l’ai reçu ce matin. Posté par BABB (belle en attendant bébé).

 

Je suis super pénible avec les pantalons… Encore pire quand je suis enceinte.

J’en suis, pour l’instant réduite à porter mes jeans… ouverts (la classe) ou avec une ceinture qui rallonge l’ouverture.

J’ai retrouvé mes vieux leggings élimés.

 

Et hop ! Voilà celui là !

Il est top (vraiment… Je ne suis pas payée pour le dire !)

Il en glisse pas trop.

Il est passe partout. Selon qu’on l’associe avec un haut bariolé ou une jolie tunique blanche, il peut être décontracté ou classe.

Parfait pour bosser (je fais des spectacles, notamment pour enfants, en représentation, je ne m’habille que en noir)

Il était un peu long pour moi (je suis toute petite… Je mesure 1m59), j’ai fait un ourlet en 5min (le premier de ma vie)

 

Allez, hop ! En photo !

IMG_2449IMG_2451

le devant

le devant

Le dos

Le dos

La p'tite pomme !

La p’tite pomme !

Le vrai ourlet, avant que j'en refasse un...

Le vrai ourlet, avant que j’en refasse un…

 

Bola et bidon

Bola et bidon

Bidon

Bidon

IMG_2497

IMG_2502

 

c'est moi !!

c’est moi !!

 

Encore mon bidon !

Encore mon bidon !
(le pantalon est froissé. On est enfin de journée ! Conditions du réel… J’ai bossé toute la journée, montage et démontage compris. Donc, il vit, ce pantalon !

Donc, c’est testé et approuvé ! (et je suis contente d’avoir fait un test ! Hu hu ! J’ai l’impression d’être une vraie blogueuse !)
Sinon, on se retrouve sur FB… Plumes de Marie Poulette ou 4enfants2bras (je suis plus souvent là)



Rendez-vous sur Hellocoton !

Un perroquet répéteur (une invention à inventer)

Avoir des enfants d’âge varié.

Commencer dès potron minet (hû, j’aime écrire Potron minet) à se mettre en mode « répétitif ».

– Mets tes chaussettes, s’il te plait.

(Changer la petite dernière pendant ce temps)

– Mets tes chaussettes, même s’il ne te plait pas.

(Enfiler le bodie de la petite dernière)

– Mets tes chaussettes, maintenant.

(Enfiler la robe de petite dernière)

– Mets tes chaussettes, tout de suite.

(Galérer à enfiler les collants de la petite dernière qui gigote dans tous les sens)

– Mets tes chaussettes maintenant, tout de suite !!!!!

(Glisser les petons de la petite dernière dans ses godasses)

– Crotte de bique !!!! Mets tes chaussettes tout de suite, maintenant, pétard à mèche !!!!!!!

 

Entendre un soupir, et un « oui, bon d’accord, je mets mes chaussettes ».

 

Être satisfaite.

Se dire qu’il reste un slip, un maillot de corps, un jean, une chemise avec au moins 6 boutons, un gilet et 2 chaussures à enfiler… on n’est pas rendue… et il n’est que 07h22

 

Enchaîner avec une bonne quinzaine de « mange », 12 « range tes chaussons », 7 « mets ton manteau », 5 « ferme ton cartable », 9 « mouche-toi » et au moins 37 « dépêche-toi ».

 

Le tout entre 7h00 et 8h12.

 

Rentrer de l’école et trouver, au milieu du salon : 3 chaussons (pas 3 paires, non, 3 chaussons).

 

Et bien pour tous les parents qui en ont ras la casquette de répéter à longueur de journée qu’il faut se coucher, ranger sa chambre,  qu’il faut reboucher le dentifrice, baisser abattant des toilettes, ramasser ses chaussettes sales…  (Tiens, ça marche aussi avec les coloc, les chéri(e)s…).

Pour tous ceux qui passent leur journée en mode « je l’ai dis 15 fois », j’ai LA solution ultime !

 

Le Perroquet Répéteur

 

On installe le volatile dans la maison (ou sur l’épaule pour un look pirate du Nord-Pas de Calais) et il fait notre boulot, il répète et répète « rangez vos playmobils ».

 

 

Et enfin, on pourra dire : « Cooooooooooooool ! »

(Et entendre, le perroquet dire « cooooooooool ! »)

L’entendre aussi dire « maman, caca !!!! maman, t’as pas signé le papier pour l’école, maman, elles sont où mes chaussettes, maman, de l’eau… maman… »

 

Arf… le perroquet répéteur n’est peut-être pas l’invention à inventer, alors.

 

Et entendre : Arrêter de bloguer, va bosser !!!!

 

(bon, sinon, z’avez joué ??? z’avez vu mon super invité, Antoine Guilloppé ???)

 

Arrête de bloguer, va bosser !!!!

 

(z’avez vu que j’ai fait un article rigolo-mignon pour So Busy Girl ???)

 

Arrête de bloguer, va bosser !!!!!!!!!!!!!

 

(hé ! vous likez la page FB « Plume de Marie Poulette » ??? Ce qui serait top, c’est qu’on arrive à 200 likers avant la fin de l’année !)

 

Arrête de bloguer, va bosser !!!!!!!!!!!!

 

(pfffffff… fais suer, ce perroquet, ce n’est pas au point !)

 

Va bosser, au lieu de lire des blogs idiots !!!!





Rendez-vous sur Hellocoton !

Le Lave-Vite-Vitre (et en plus, ça fait un exercice de diction)

Y’a un truc que Marie-Poulette soi-même déteste, c’est de laver les vitres…

(En même temps, avec des ailes, c’est pas fastoche non plus)

Bon, le problème, ce ne sont pas tant les ailes que le gigantesque poil qui nous pousse dans la main au moment où on se rend compte que les vitres sont vraiment super crados

(Et avec un poil, pour faire les vitres, ce n’est pas réellement plus facile qu’avec des ailes)

 

Heureusement qu’on eu 4 marmots… on a lavé les fenêtres au moins 4 fois (parce que, allez savoir pourquoi, quand la poule va pondre, elle fait les vitres… ouais, c’est zarbi !)

 

Ensuite, les 4 marmots se sont révélés très efficaces pour faire passer les vitres de l’état de « transparente » à « translucide » en un temps record.

(Ce qui donne encore moins envie de nettoyer, vu que ce sera crado 5 min plus tard)

 

Alors, on a fait notre deuil de la vue qu’on pourrait avoir de nos fenêtres. En même temps, on habite dans le Nord, alors le bleu du ciel, on l’a plus dans le cœur… tout ça, tout ça…

 

Pourquoi est-ce tellement pénible de nettoyer les fenêtres…

Parce que, dès qu’on a lavé les fenêtres, il pleut (ben ouais… le Nord… Cela dit, je sis sûre que si j’étais dans le Sud, ce serait pareil) et que ça fait des traces de gouttes.

 

Si jamais il ne pleut pas, on peut compter sur…

 

Les enfants (aussi forts que le ciel pour pourrir les fenêtres)

 

 

On imagine des fenêtres ou mieux, une baie vitrée propre.

Compter jusqu’à 10.

Voir débarquer une marmaille de moins d’un mètre trente qui vient coller son nez plein de morve contre la vitre, parce que ça fait marrer son frère de l’autre côté qui du coup se met à lécher les carreaux (ben quoi, ils sont propres).

Lesquels sont suivis de l’aînée qui vous fait coucou à travers la vitre avec les mains pleines de peinture, sans parler de petite dernière (en pleine phase d’imitation) qui nettoie à son tour les vitres avec… sa tartine beurrée en guise de chiffon microfibres.

 

Il a même été un temps où nous avions un chat qui léchait les vitres… sûrement par solidarité.

 

 

Donc, on le veut, on va inventer :

Le-lave-vite-vitre

Alors, c’est hyper simple, on met un film auto-adhésif (qui s’auto-adhère tout seul… genre, on le lance et ça colle, style tente pop-up, mais pour les vitres).

 

Bref, ne chipotez pas, on sort le lave-vite-vitre du paquet et il court tout seul se lover contre la fenêtre.

 

 

Quand c’est crado : hop, on décolle le lave-vite-vitre en le prenant par les coins : et zou, machine à laver (ben ouais, on pourrait faire une lave-vite-vitre jetable, mais ce n’est pas écolo…).

 

En revanche, pas de sèche-linge (sinon, vous passez de la taille baie-vitrée à la taille lucarne).

 

Au sortir de la machine, on secoue un coup et le lave-vite-vitre se recolle illico.

 

En attendant qu’on trouve la super technologie d’avenir qui nous permette de développer ce super Lave-vite-vitre, on a autorisé les enfants à peindre sur les vitres : d’une, ça nous fait une bonne excuse pour ne pas laver (noooooon, on ne va pas détruire les œuvres de marmots) de deux, ça cache les traces de beurre.

 

 

(Hé ! vous suivez Marie-Poulette sur FB ?? Vous êtes inscrits à la Pouletter ?? Vous suivez en flux RSS ???)

 

Quand on parle du bleu du ciel….





Rendez-vous sur Hellocoton !

La tétine à zailes : Une invention à inventer… et devenir la poule aux œufs d’or

On n’est pas forcément pour… On n’est pas forcément contre non plus.

 

Avoir un premier bébé.

Petit bébé mignon, joli… petit bébé bruyant.

Se demander comment un petit machin de 3 kilos peut avoir un volume sonore aussi important.

Renoncer à chercher le bouton de réglage du volume.

(Regretter amèrement que les bébés ne soient pas fournis avec un mode d’emploi, une notice d’utilisation)

 

Eplucher toutes les notices présentes sur le marché. Avoir l’impression de connaître Laurence Pernoud personnellement…

 

Regarder ce joli bébé.

Lui parler gentiment. Lui expliquer qu’il ne peut pas hurler tout le temps.

Comprendre que le bébé n’entend pas ce qu’on dit, vu qu’il braille très très fort.

 

Tenter les exercices physiques : débuter l’entrainement : approcher le pouce de la bouche et le voir ressortir aussi sec.

 

Finir par investir dans :

 

LA tétine

 

Comprendre très très rapidement qu’il va falloir investir dans LES tétines.

 

La tétine a un immense avantage : c’est un bouchon super efficace qui permet aux hurlements de rester dans le bébé.

 

La tétine a un immense inconvénient : elle ne reste pas dans la bouche du bébé ad vitam eternam.

La tétine subit les lois de la pesanteur.

La tétine tombe…

 

Elle tombe le jour.

Dans le berceau : fastoche, on la remet.

 

Dans le salon : fastoche aussi, les premières semaines, on est encore consciencieux, on passe la tétine à l’eau et on la remet.

 

Elle tombe dans la salle d’attente du pédiatre : euh… cas de conscience : jour de vaccin, sans tétine… On hésite. On ne peut pas décemment remettre la tétine sûrement pleine des miasmes et aux autres microbes des marmots qui sont venus baver sur le sol de cette salle d’attente. N’écouter que son courage et faire un truc vraiment dégueulasse : désinfecter la tétine avec notre propre salive (parce que c’est bien connu, la salive des parents est totalement exempte de miasmes et autres microbes) On suce tétine et on la remet dans le bec de notre braillard.

 

Elle tombe dans la rue : ne pas hésiter un seul instant. Acheter une nouvelle tétine dans le premier commerce qu’on trouvera à proximité… notre sens du sacrifice a ses limites…

 

Le problème majeur de la tétine, c’est qu’elle tombe aussi la nuit…

Se réveiller à moitié, ne pas allumer, atteindre la chambre du braillard, marcher sur la girafe Sophie qui fait pouic-pouic/le râteau playmobil/le pot de la cadette et dans le meilleur des cas, marcher sur la tétine.

Chercher à tâtons la précieuse tétine.

Le braillard braille.

Chercher sous le lit.

Le braillard braille.

Chercher dans le lit.

Le braillard braille.

Chercher, chercher…

Et Yalah ! Trouver la sainte tétine !!!!

La coller dans le bec du braillard qui se tait.

Regagner son lit en se prenant le coin avec le petit orteil.

Na pas hurler, ne pas hurler.

Se recoucher.

Na pas réussir à se rendormir…

 

 

Mais tout cela ne va être que du passé, grâce à l’invention du siècle.

Que dis-je, du millénaire !!!

 

LA TETINE À ZAILES

 

(Dispositif ultra simple : une tétine, munie de deux petites ailes qui se déploient quand elle choie de la bouche du bébé, s’envole sans bruit pour se poser à nouveau entre les lèvres du tout petit)

 

Simplicité, efficacité… Fallait y penser !

Je crois que cette fois ça y est !!!

Je suis la poule aux œufs d’or (ou à l’œuf qui dort… ça m’irait aussi)

Vous pouvez liker la page Plume de Marie-Poulette pour ne louper aucune publication… (et vous avez carrément le droit de partager cet article… on ne sait jamais, si un industriel veut développer cette merveilleuse idée !!!!!)

 

Je suis aussi preneuse de vos idées d’invention (pour en faire des prochains articles !!)

Vous pouvez aussi laisser un com !

La tétine à Zailes, Protype…

 



Rendez-vous sur Hellocoton !