Marie-Poulette
ça caquète au poulailler

‘Picoti-picota’

Défi sportif de la confinée. Samedi 28 mars 2020

Depuis le début du confinement on fait passer les coureurs pour d’affreuses personnes n’ayant ni cerveau ni conscience.

Alors oui, je continue à courir.

Derrière chez moi, j’attends l’heure où il n’y a personne (plus que le corona virus, ce que je risque le plus c’est l’agression… j’ai d’ailleurs eu chouïa peur avec une camionnette qui a fait un demi tour sur le trottoir juste devant moi et a ensuite enchainé les aller-retour sur cette route très peu fréquentée… mis à part par les coureurs. D’ailleurs, quand on se croise ou on se double, y’en a un qui descend sur la route, on passe vraiment très très large. Et si on court sur cette route, c’est parce qu’il n’y a pas de maisons, donc pas de gens… au final, on n’est peut être pas si cons !)

Bref ! Sinon, y’a une petite bande de trailers (voir même d’ultra trailers) qui ont créé un défi : le confined sport challenge : Tous les samedis, on se crée un défi sportif à faire chez soi. Je suis une petite joueuse, j’ai fait 4km dans mon tout petit jardin… Mais quand on n’est pas capable de faire de grandes performances, on fait des trucs rigolos : (merci au papa, à la cadette, au dernier) :

Un dossard, un super ravito (je n’ai pas bu la bière), un podium, une médaille… et des défis supplémentaires : éplucher une patate et une carotte en courant ! (défi réussi hyper easy !)

D’une petite activité anodine, d’un défi perso, on a fait un truc qui a amusé plein de gens !

Sinon, chez les balèzes, y’en a qui ont fait 1000m de dénivelé positifs dans leurs escaliers, un marathon couru sur une boucle de 85m en 6 heures (ça fait quand même 500 tours !). Mais on a tous partagé nos défis. C’est rudement rigolo quand même !

 

Allez, love sur vous !

Je suis sur FB (on n’a pas 4 bras ou Marion Cailleret)  et sur IG aussi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Restaurant de dedans. Vendredi 27 Mars 2020

J’hésite à publier en fait…

Tout est réactif, tout est prétexte à polémique, tout le monde jalouse tout le monde.

Finalement un confinement total m’irait peut-être complètement.

Bref…

Finalement, je le fais aussi pour moi. Pour me souvenir plus tard. Ceux que ça rend trop vénères, ne vous faites pas de mal, c’est déjà moche en ce moment, allez regardez BFM, vous aurez votre lot de malheurs.

(et chez nous, ce n’est pas rose non plus… on en scie, comme beaucoup, moins que d’autres, plus que certains. Y’a pas de concours du plus malheureux…)

Hier le dernier a trépigné toute la journée. Il l’a préparé dès dix heures le matin :

Un goûter dans un restaurant dans sa chambre.

Avec les crêpes que le papa avait fait le matin.

Il est allé chercher des tabourets, de quoi faire des tables.

Il a mis un noeud’pap, une lampe qui fait de la lumière de boite de nuit et du Mozart dans son poste.

 

Ce n’est rien.

Il a eu l’idée tout seul (ah ! les gènes ! L’éducation et la transmission)

 

Sinon, on fait comme tout le monde. On a créé des nouvelles routines. Des nouveaux espaces.

Le matin on travaille. Par équipes.

A 10 heures, la benjaminette se connecte pour une heure de classe virtuelle. Elle retrouve sa maitresse, une partie de ses copains.

On mange (habillés, c’est la règle)

Et puis, le quart de lecture, dehors le plus souvent, même avec une couverture si ça caille.

Et reboulot.

J’essaie d’aller faire le tour du pâté de maison a une heure où je sais que je ne croiserais personne. Et je ne croise personne.

A 20h on fait de la musique à la fenêtre.

Etc… etc…

 

Demain, je participe à une course de confinement. On est plus de 1000 à travers 23 pays.

Chacun a fixé son objectif : moi ça sera 30min d’un parcours qui va du canapé à la porte du garage en passant par le jardin…. soit en tout une ligne de 15m environ… Le parcours comprendra le saut de légo qui traine, l’évitement de trottinette… Il se peut que je le fasse avec un gosse accroché à la guibole !

(et la semaine prochaine, je vais coudre 50 masques pour le CHR pour l’opération Masques en Or)

 

On s’amuse aussi à faire des détournements de tableaux, d’affiches de film en mode « confinement » (à voir si mon profil FB perso marion cailleret ou mon IG !

Love sur vous

Courage et bonne humeur !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Cahier du confinement. Samedi 21 mars 2020

J’avais fait la même chose il y a un mois tout pile, lorsque nous étions allés en expédition « punks à frange » à Canterbury (pour ceux qui n’avaient pas suivi, c’était « punk » parce qu’on prenait le bateau, qu’on allait rouler à gauche, c’était « à frange » parce que c’est de la mini aventure, 1h30 de bateau hyper tranquille, ensuite 20 min de voiture… et puis Canterbury, c’est pas non plus le bronx)

Sauf que… il y avait eu une tempête, on avait été coincés trois heures dans la voitures (confinement dans la voiture, en somme), que le bateau était blindé, que forcément, avec la tempête, le bateau bougeait vraiment beaucoup… Bref, au final, ça avait été marrant et on avait mis plein plein de trucs dans le cahier !

 

Celui-ci, je l’ai acheté vendredi dernier, j’avais mangé avec le dernier un midi, ça n’arrive jamais un jour d’école (le dernier…).

On l’a choisi ensemble.

Le soir même, on l’inaugurait le soir même, lors de notre « apéronavirus ».

On le remplit au gré de nos envies. On dessine, on colle des trucs… On essaie de le faire tous les jours.

On ecrit notre quotidien, mais on relate aussi les infos générales.

C’est une période particulière. On laisse notre trace à nous et pour nous !

 

Allez, love sur vous !

Je suis sur FB (marion cailleret et on n’a pas 4 bras) et sur IG aussi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Sauter. Jeudi 18 Mars 2020

Encore une journée.

On a enfin eu les devoirs du benjamin (tout d’un coup, c’est chaud !)

On a fait la classe virtuelle avec la benjaminette. C’est perfectible, mais elle a vu tout ses copains. C’était assez drôle, ça paille dans tous les sens.

Demain elle se marrera moins : dictée en direct !

Fin d’après-midi : bim 15 pages et un planning pour le dernier !

J’essaie de coudre un peu, d’envoyer des mails entre deux exercices de grammaires, entre deux prises de tête.

Mon bureau/atelier est devenu une annexe de salle de classe… (oui, c’est bordel, oui le dernier regarde une connerie… ça arrive. Pas toute la journée, mais pour que je puisse bosser, pour que la benjaminette puisse avancer, pour qu’il ferme un peu sa grande bouche… )

On a lancé une activité découpages :

Le dernier a fait un chapiteau. il a découpé (avec le papa) des personnages pour faire le public, une grenouille qui fait du trapèze assure le spectacle.

Le benjamin a découpé des éléments pour un de mes projet secret !

On s’occupe, on se remue…

On est content quand une journée est passée.

 

Allez, love sur vous !

Je suis sur FB (marion cailleret ou on n’a pas 4 bras) et sur Instagram

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Danser sur les toits. Mercredi 18 Mars 2020

On fait ce qu’on peut.

On vit chez nous.

On a une fenêtre ouverte sur le monde… enfin, la fenêtre de l’ENT grince un peu.

Pour les réseaux sociaux, je n’ai jamais viré autant de gens, même en tant de campagne présidentielle.

Il y a ceux qui alimentent un grand complot et qui prétendent en savoir plus sur ce qui sera dit alors que le gens qui parlent ne savent même pas ce qu’ils diront (vous suivez ?)

Il y a ceux qui se vantent d’en avoir rien à foutre et qui trouvent super marrant de braver les interdits.

Il y a ceux qui râlent.

Il y a ceux qui râlent parce que les gens râlent.

Il y a ceux qui trouvent indécent de montrer des photos de son jardin. C’est hyper égoïste et vraiment dégueulasse pour ceux qui sont en appartement.

 

Et heureusement, y’a ceux qui patientent gentiment, qui essaient de mettre du beau, sans faire d’angélisme… Ceux-là, je les garde !

Et ici dans la vraie vie.

On est dehors, mais chez nous. On a fait un pique-nique de jardin et même un barbecue. Le premier de l’année !

Le toit de la cabane est devenu « the place to be »

Ils y dansent.

Ils font des gâteaux.

Ils bricolent et il bricole… On a des étagères dans la montée de cave, un porte-sabots de jardin…

Pendant que travaillais, ils ont fait du jardinage, le dernier a fait du surf dans la jardin. Dès qu’il tombait, la cadette lui filait une giclée d’eau…

Je continue à courir. Pas sur les bords de Deûle cette fois. J’ai regardé plusieurs fois par la fenêtre, y’a avait trop de monde. Du coup, j’ai fait un relai de gosses : tour du pâté de maison, tour dans l’usine… on n’a croisé qu’un passant, à plus de 2 mètres. Des boucles de 800m.

Vous en pensez ce que vous voulez… Mais c’est mon choix, je respecte la loi et je suis très prudente. C’est vraiment salutaire. Imaginez une maison, même un peu grande avec cinq enfants, inquiets, qui doivent travailler H24 ensemble, si tu ne peux pas aller te défouler 10 minutes, tout les 3 jours, tu zigouilles un frère ou une soeur…

 

Allez, love sur vous (et virez les gens toxiques, c’est aussi dangereux que les virus)

Je suis sur FB (marion cailleret et On n’a pas 4 bras) Je suis aussi sur IG !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Marcher. Mardi 17 Mars 2020

Ça va marcher.

Enfin, ça devrait marcher. On reste confiner et ça va aller.

Au marché, justement, j’y suis allée ce matin. 7 bouches avec plein de dents dedans, 3 fois pas jours, faut bien remplir son panier.

C’était étrange. Une longue, longue queue chez le boucher et le maraîcher. Chacun prend ses distances… enfin presque chacun.

Parce qu’il y a les autres, ce qui deviennent dangereux.

Le couple qui sort au marché avec ses enfants qui slalomment entre les gens de la file (un mètre, ça laisse de quoi faire)

La mère qui sort ses deux ado (indispensable)

La retraitée qui parle fort, forcément, à un mètre, faut beugler  » Alors, on n’a plus le droit de rien faire, on ne peut plus taper les enfants, on ne peut pas sortir comme on veut, alors franchement ! » (on ne saura jamais la suite). Elle respecte les distances mais elle bien aussi dangereuse que les autres.

La mamie qui trouve nécessaire et indispensable de masser toutes les bottes de radis et qui se fait gronder par le maraicher excédé… « ils n’arrêtent pas, ils sont complètement inconscients ». Et la mémé, elle sourit, elle dit « oups ! »

 

On joue dedans. On travaille comme on peut… peu.

C’est marrant quand même, il a suffi qu’on soit en confinement pour que le soleil apparaisse. Cela fait des mois que le ciel est gris et qu’il pleut sans cesse.

C’est une bénédiction. On a un jardin. Pas très grand. Mais on a un dehors ! Comme c’est précieux !

On a croisés les voisins. En hiver on ne se voit presque pas. On a pris des nouvelles, proposé de l’aide.

Il y a les images et il y a le son.

J’aurais mieux fait de laisser les gosses regarder Shining plutôt que l’allocution présidentielle. Ils sont super angoissés.

Depuis le début, ils sont très angoissés. Du coup, ça monte vite, ça part en vrille, ça hurle, ça claque les portes, ça se met des coups de pieds… et puis ça se calme aussi !

On parle, on explique, mais ils n’aiment pas ce qui sort de l’ordinaire.

On n’a récupéré un casque anti-bruits… ça fait son office.

Les gamins ont trouvé le chemin du toit de la cabane, celui où on est plus près du bleu du ciel, moins proche des bassesses terriennes.

On a cuisiné.

Ils font dans notre périmètre ce qu’ils font d’habitude bien plus loin.

On ne s’en sort pas trop mal… mais ce n’est pas évident non plus.

(vous pouvez aller voir sur mon profil FB (marion Cailleret) ou sur IG l’histoire de la photo magnifake)

Allez, love vous !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !

Le tour du monde à la maison. Lundi 16 Mars 2020

J’ai hésité à publier avant l’allocution du Président de la République. Mais plutôt que de parler pour lui, d’imaginer ce qu’il pouvait dire, de me sentir tellement importante que le bilan de ma petite journée pouvait être aussi important que les règles qui vont organiser nos vies pour les prochaines semaines, j’ai préféré attendre un peu.

Tout le monde était prêt à 9h15. (des fourmis avaient déjà été mises en quarantaine depuis au moins une heure)

Tout le monde mais pas le CNED, ni l’ENT. Oups…

On a divisé les équipes : les grandes se dépatouillent. Le benjamin avec le papa pour finir tout ce qui était à finir. La benjaminette avec moi et ses devoirs, le dernier avec sa grosse colère dans mon bureau et moi avec mon boulot.

On a fait une pause à 10h15, pour 30 min.

Du linge étendu dehors (pétard, ça fait des mois que ça n’est pas arrivé, pas qu’il fasse froid, mais il pleut chez nous depuis des mois et des mois. Dans notre confinement, le soleil est une bénédiction !)

Le dernier a hurlé sur les marches de la cabane que « C’est nul l’école à la maison, Je veux voir mes copains et en plus les récrées elles sont trop courtes » La voisine passait dans son jardin à ce moment là. Elle a souri.

Il a peur le dernier. Il ne comprend pas tout, mais suffisamment pour avoir peur.

Il a travaillé un peu.

Pas ce que je voulais… mais comme il pouvait. Il a voulu faire un arc-en-ciel pour sa copine Daphné (bon, à la base il voulait qu’on aille lui apporter des fleurs, ce qui n’est pas trop possible et que ça ne soit pas possible n’est pas trop compréhensible quand on a 5 ans). On a regardé comment se forme un arc en ciel. On a noté les couleurs, il a reconnu les mots, associé les couleurs et ensuite il a dessiné. Correctement. 7 arches.

On a écouté des podcats. On a regardé des Yéti qui lit.

Ils sont allés en forêt… pas une forêt bondée, on n’est pas complètement cons non plus.

On a lu.

La benjaminette a sorti le fabuleux « Au même moment sur la terre » de Clotilde Perrin.

 

Et j’ai couru. Oui, j’ai couru. Seule. Sur un itinéraire pas hyper fréquenté. C’était bon. J’avais besoin de normalité dans ce qui ne l’est pas du tout. Il y avait le soleil doux. Vraiment c’était bon…

 

Sinon, on ne va pas mentir, ce n’est pas facile, ni vraiment joyeux… En vrai, c’est un peu dur.

 

Sinon, pour rigoler, je tapais ce texte en regardant l’allocution présidentielle. Le dernier m’a demandé à qui j’envoyais ce que le président disait. Je crois qu’il croit que c’est moi qui tapait les sous-titres. (vous avez vu comme j’ai progressé entre les deux allocutions !)

 

Allez, bisous de loin, love sur vous !

Je suis sur FB on n’a pas 4 bras ou Marion Cailleret et sur IG.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





Rendez-vous sur Hellocoton !