Marie-Poulette
ça caquète au poulailler


La reconnaitre.

Je ne suis pas du tout physionomiste, c’est un vrai handicap social. Vraiment.

 

C’était mon premier atelier.

J’étais toute nouvelle, toute fraiche en prison.

Je venais juste de comprendre que je serais seule avec les détenues, c’est bien comme ça qu’on les appelle.

C’est ce qu’elles sont, des détenues.

Mais moi, je ne les appelle pas comme ça. Je dis toujours « participantes ». Le temps de l’atelier, elles sont juste des participantes.

Elles sont aussi des femmes, des mères, des filles.

Je ne sais que rarement ce qu’elles ont fait.

Elles ne me le disent pas et je ne le demande pas. Parce qu’elles sont des participantes.

Parce que je me fous de savoir si elles ont volé, arnaqué, tué Pierre, Paul ou Jacques.

Je ne suis pas très physionomiste, je ne peux pas le nier.

 

Ce premier jour, j’ai dû apprendre vite, sur le tas. En fait, je n’ai pas appris grand chose, j’ai fait comme dans n’importe quel atelier, n’importe quelle formation avec n’importe quelles participantes. Sauf que là, les ciseaux ont des bouts ronds. Sauf que là, la porte est fermée. A clef.

 

Y’avait cette fille. Sa tronche me disait bien quelque chose.

Mais je ne suis pas très physionomiste, alors, j’ai fermé ma bouche.

Elle est chouette cette participante. Elle est souriante, elle est drôle, elle est intelligente, polie, avec de belles idées sur ce qu’elle fait en atelier. Vraiment je l’aime bien.

Je ne suis pas physionomiste et ça n’est pas bien grave.

 

Les ateliers se succèdent. Je la connais, cette fille. Mais où ? Mais quand ? Et je continue à ne rien dire.

Je ne suis pas physionomiste parce que je n’ai pas de mémoire.

 

Et puis, un soir tard, à la téloche, je la reconnais. Et je sais. Je sais où je l’ai vue.

A la télé, au journal, rubrique « affaires sordides ».

Je sais ce qu’elle a fait. Le pire. L’incompréhensible, l’inhumain, l’inimaginable.

Je sais. Je pense qu’elle sait que je sais.

Tout le monde sait.

Je ne dis rien. Je n’ai pas de mémoire. J’oublie que je sais.

Je ne suis pas physionomiste et c’est tant mieux.

J’ai des participante. Il y a cette fille qui sourit.

Et c’est bien comme ça.

 

Zou ! Je suis sur instagram @marioncailleret et sur fb aussi « on n’a pas 4 bras »

(merci pour tous vos com sur le dernier article, sur mon flip d’angoissée… Je vois que ne suis pas seule !

Loooooove sur vous !!!

P1110351

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !



Un commentaire pour “La reconnaitre.”

  1. Brrr froid dans le dos… Je crois que je serais incapable de ne pas savoir, de faire comme si je ne savais pas et de ne pas vouloir savoir non plus d’ailleurs…
    Bravo

Laissez un commentaire