Marie-Poulette
ça caquète au poulailler


Les petites poules rousses… le blé, ça ne pousse pas sous les sabots d’un cheval !

Premier article de truc en plumes… avec forcément des plumes… de belles plumes.

(mais plus tard, y’aura aussi de la déco, des fringues… des trucs de poule, quoi !!)

 

La petite poule rousse est à ranger dans les classiques du répertoire jeunesse.

Conte randonnée ou d’accumulation, il plait beaucoup aux enfants de 2 à 6 ans… ou plus !  Le tout étant une question d’écriture et d’illustrations.

 

Parce qu’il existe moult versions de ce chouette petit conte.

 

(Les versions sont notamment répertoriées ici : un site qui va causer aux enseignants, avec plein de pistes d’activités… en plus, ça à l’air de partager à tout va ! Et vu qu’il y a définitivement vachement plus d’idées dans plusieurs cerveaux que dans un seul, c’est tout bon).

 

Petit résumé :

L’histoire est donc tout à fait simple :

Une poule qui trouve des grains de blés.

Plutôt que de les manger, elle les sème (histoire de pouvoir en becqueter plus, plus tard) : maligne et prévoyante !!

 

Elle demande un petit coup de patte aux habitants de la ferme, histoire de trimer ensemble pour labourer et semer.

Elle essuie refus sur refus.

Pas grave, elle se dépatouille toute seule.

Et re-belotte quand il s’agit de moissonner, de porter la récolte au moulin, de faire le pain/la gâteau…

En revanche, quand il s’agit de manger, tout le monde est d’un coup d’un seul d’accord.

Et la poule se fait alors un plaisir de refuser. Non mais !!

 

 

Version Marie-Poulette… Ou lire entre les lignes : 

 

En gros, la Poule rousse, c’est une mère poule, sûrement célibataire et qui n’a pas un radis pour ces poussins…

Et ce ne sont pas ses voisins qui vont lui filer un coup de main (ni même pôle emploi et je ne parle même pas de sa belle-mère qui ne fait que caqueter*)

Alors, quand elle trouve un peu de blé, ou de l’oseille, plutôt que de se le mettre dans le bec direct ou de le claquer en futilités, elle, elle investit.

Elle trime toute seule (et elle doit bien galérer pour faire garder ses marmots, pendant qu’elle bosse comme un âne).

 

Alors, quand elle récolte les fruits de son travail… elle garde tout pour sa pomme et ses marmots trognons. Et elle a bien raison !!!

(et tout ça, ce n’est pas pour devenir une poule de luxe… Non, c’est juste pour avoir de quoi becqueter)

 

Et qui osera dire encore que les contes sont des histoires légères et uniquement pour les enfants !

 

Courage à toutes les mères poules rousses, ou blondes ou brunes, qui galèrent en attendant de voir le blé pousser…

Parce ce que, la petite poule rousse, elle en a sous la crête…

 

 

* toute ressemblance avec des personnages réels serait pure coïncidence… (et puis, ma belle-mère à moi, elle me garde mes poussins, parfois quand je pars au turbin et que je ne peux pas faire autrement)

 

Je vous laisse découvrir toutes les versions qui existent, toutes différentes…

C’est la magie (et aussi l’intelligence) des auteurs et des illustrateurs de pouvoir faire plein d’histoires avec une seule.

Dans les chouettes versions, ma préférence va à celle de Pierre Delye… pour les jeux de mots jubilatoires et la double lecture (et les super illus de Cécile Hudrisier) Chez Didier Jeunesse.(vous pouvez retrouver Pierre, notamment dans le poulailler)

 

La poule de Delye et Hudrisier

J’aime aussi la simplicité de la version de Byron Barton, à l’école des loisirs

la poule rousse de Barton

 

Et pour une version différente (l’âne mange toute la récolte de la poule) : Jihad Darwiche et Christian Voltz,la mare aux aveux, Didier Jeunesse

 

La mare aux aveux

 

(je vous rappelle, à toutes fins utiles qu’il y a profil Face de boucq pour ne pas rater les prochains articles.. sinon, vous pouvez vous inscrire à la Pouletter : j’enverrai tous les 15 jours environs)

Et on a toujours le droit de partager…

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires pour “Les petites poules rousses… le blé, ça ne pousse pas sous les sabots d’un cheval !”

  1. Alors, ça y est, le voilà, ton grand projet ! Félicitations et longue vie à cette si jolie Marie Poulette… En tout cas, le programme est alléchant (et toujours la même interrogation : quand est-ce que tu dors ?!)

  2. Mais oui !!! Et t’as vu (et sur tes bons conseils, j’ai changé le nom : viré Marie-Poupoule, lourdingue !!)…
    Et en vrai, ça me fait vachement de bien, mes blogs…ma bulle !
    (grâce à la petite dernière, je dors peu de toutes façons.. à la place de râler tout le temps, je ferai mieux de la remercier, non ???)

Laissez un commentaire