Marie-Poulette
ça caquète au poulailler


Manger avec les chèvres. Samedi 28 Octobre 2017

Ce sont les dernières heures de celle qu’on appelle « d’été ».

Il fait frais et froid. Ça n’est pas désagréable. Comme si le temps se mettait à être ponctuel et cohérent avec lui-même.

Hier, nous sommes allés à la Chèvre d’Andaure (le papa y emmène souvent les enfants, assister à la traite, caresser les biquettes qui mangent les lacets de chaussures et acheter de fromage et du bon vin, si jamais vous passez dans le coin, allez-y donc !)

Bref, hier, il y avait un repas, dans la chèvrerie. Des tables trop hautes pour les gamins mais juste bien pour les adultes. Quand les tables sont trop hautes, les gosses se dépatouillent entre gamins, alors ils ont couru, ri et galopé loin des grands. Et c’était bien.

Et puis nous les grands, nous nous sommes retrouvés entre grands. Des touristes, il n’y en avait quasi pas. Que des vrais gens d’ici et nous nous sommes sentis accueillis. Nous avons rencontrés des gens qui nous ont reconnus et qu’on a reconnus. Nous avons rencontrés des gens nouveaux qu’on ne pensait jamais trouver ici. Nous nous sommes sentis chez nous.

Voilà, nous avons désormais deux chez nous, je crois.

Aujourd’hui nous avons fait le marché du Chambon, autant en été c’est proprement insupportable, autant en automne, c’est vraiment agréable. Nous avons garnis nos paniers de merveilles automnales : des crosnes (j’adooooooore les crosnes), des courges, des choux ronds et des pâtes de coing. Et puis, nous avons fait ce que nous ne faisons jamais : boire un coup, tous les 7.

Ce soir, c’est pizza et Amélie Poulain pour tout le monde… en attendant l’heure d’hiver.

 

Love sur vous.

Je suis sur FB et sur IG itou.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire