Marie-Poulette
ça caquète au poulailler


« Mon » Tullet, c’est pas du poulet (oui, j’ai pas trouvé pire comme titre… désolée…)

 

Mon invité (et j’en suis super fière et très honoré), n’est autre que le chouette Hervé Tullet :

Pour la bio, plutôt que réécrire ce qui a déjà bien été écrit, j’ai pique ce qui est sur son site (très chouette d’ailleurs, avec des interview vidéo et tout et tout !!!) :

Joli !

à vendre ??

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Biographie

Hervé Tullet naît à Avranches en 1958 .
Après des études autour de l’illustration et de la communication visuelle , il travaille pendant une dizaine d’années dans la publicité .
En 1990 , il réalise ses premières illustrations pour la presse.

En 1994 , son premier livre pour enfant voit le jour au Seuil jeunesse : « Comment Papa à rencontré Maman ».
La reconnaissance ne tardera pas : il reçoit le Prix non-fiction à la foire internationale de Bologne en 1998 pour « Faut pas confondre » et ses livres qui préfèrent le parcours à la narration font vite parler d’eux .
Avec la série « Jeux de … ( à partir de 2006 ) » , « Les cinq sens » ( 2003 ) ou « L’imaginier » ( 2006 ) , il s’adresse aux enfants dès la petite enfance car ses ouvrages se touchent autant qu’ils se lisent.
Avec « Moi, c’est Blop » paru en 2005, qui marque la naissance de cette forme caméléon emblématique de son œuvre, ou Turlututu, en 2007, l’œil curieux qui guide les enfants par un jeu de questions / réponses, Hervé Tullet creuse son sillon : solliciter le lecteur pour l’intégrer à l’œuvre .
Prix Pitchou récompensant le meilleur ouvrage pour la petite enfance en 2009 avec « Le grand livre du Hasard » au salon jeunesse de Saint-Paul-Trois-Châteaux , la renommée internationale est aussi à l’horizon avec des traductions dans près de vingt-cinq langues, des expositions ou des interventions en France ou à l’étranger (Corée, Istambul, Usa, Israel, Tate Modern à Londres etc.)
Il renouvelle aussi le livre d’activités avec « À toi de gribouiller » (2007) , « Le livre de coloriage » (2009) ou « Le livre avec un trou » et « La cuisine aux crayons » (2011).
« Un Livre » , paru en 2010 , synthétise son art jusqu’à l’épure : juste trois points, un jaune, un bleu, un rouge, et la magie opère. Prix sorcières, Prix Andersen, Prix Versele, entre autres, traduit dans plus d’une vingtaine de langues, cet ouvrage salué par son audace fait le pari d’une adaptation numérique. C’est un nouveau succès qui reçoit en 2012 la Pépite de la création numérique au Salon du livre jeunesse de Montreuil.

(Allez zieuter la page « un livre », avec toutes les couvertures traduites… rigolo !!)
Définitivement, Hervé Tullet est devenu un auteur incontournable de la littérature jeunesse.

 

LE MOT DE MARIE-POULETTE :

Bon, autant le dire clairement, Marie-Poulette, Jean-Coq et les poussins sont super addicts à Hervé Tullet… Ne comptez avoir ici une once d’objectivité… (en même temps, j’invite des gens dont j’aime le travail…) :

Fans de la première heure, on adore bien sûr un livre, mais aussi un jeu (l’appli Iphone).

Un livre… c’est simplement magique !

Lecteurs de tralalire, on suit les aventures de turlututu avec grand plaisir.

On aime les livres « moins faciles » ou « moins évident », où le lecteur doit trouver son interprétation, son chemin, faire sa part de boulot… avec bonheur… comme par exemple le jeu de hasard.

 

Accro au « jeu d’ombres » ou « jeu de lumière »à lire dans une chambre, les volets fermés avec une lampe de poche, c’est simplement magiquement beau…

 

 

L’atelier dessins (avec des planches de formes en cartons, un peu comme des pochoirs) nous a duré tout l’été…

La cuisine des crayons a permis à la cadette, d’une de s’éclater et de deux de progresser en lecture (ce n’était pas le but le premier, mais, c’est le truc qui l’a éclaté pour lire… Et moi, j’adore l’idée de patouiller avec des crayons, de faire une super tambouille… et avec une « recette », on crée ce qu’on veut, en y mettant sa patte : le propre d’une recette c’est d’être suivie… en apportant son grain de sel !!

Si vous ne connaissez Tullet, foncez, découvrez… mais attention, on se chope vite une Tullette (petite maladie rigolote, qui fait qu’on est accro… pas de sevrage ni possible, ni désiré d’ailleurs !!!) : histoire de vous contaminer gentiment, je vous mets direct la bibliographie !

Et si jamais vous croisez Monsieur Tullet en atelier, c’est un bonheur !!! (testé et approuvé au poulailler !) : tenant à la fois de la générosité, de la performance, de la création et de l’humour !!!! J’adore (bon, en fait, il fait des ateliers sur tous supports et dans le monde entier…. ouais, ouais, ouais !). En attendant, y’a plein de photos sur son site !

Et là !

 

Même ici !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Allez hop ! C’est parti pour l’interview du Cot ‘O cot :

 

Marie-Poulette : Un plat d’enfance :

Hervé Tullet : euh…. pas de grands souvenirs d’enfance…. à bien chercher je repense à madame Malet qui nous servait à la cantine, de la maternelle au cm2,  tous les jours, (oui, oui, tous les jours) une soupe , du rôti de bœuf avec des nouilles (blanchâtres) sauf le vendredi ou le bœuf était remplacé par de l’omelette (heureusement j’ai sauté une classe)

M-P : Une blague :

HT : euh… j ‘aime pas trop les blagues sauf « qu est ce qui est vert, au fond d’un bois et qui pue ?…  un scout mort » Quand je la raconte c’est en général pour éviter une farandole, une avalanche, un concours de blagues… ça casse  pas mal l’ambiance, c’est assez efficace.

M-P : Une chanson qui trotte dans la tête :

HT : euh… chanson chanson… j ‘aurai préféré musique, (Miles Davis) mais chanson, ok ! alors je dirais  » Sina »  que j’écoute en boucle en ce moment, chanson de Salif Keita, que j’ai rencontré  au Malawi : souvenir, souvenirs.

Hervé Tullet qui fait la lecture à Salif Keita… hé ouais

M-P : Un moment qui sent bon :

 HT : euh… ! Quand surgit une idée peut-être !

M-P : Un cri :

HT : beaucoup, beaucoup trop de misère !

M-P : Un métier pour plus tard : (ou un métier que vous auriez rêver faire)…

 HT : je me suis souvenu récemment que, enfant,  je voulais (entre autre)  être missionnaire…

Au Malawi, j ‘ai rencontré une vieille anglaise qui m’a demandé si je n’étais pas une sorte de missionnaire d’art… pas mal vu !

Parfois je me sens aussi chef d’orchestre… ou musicien, bref mon métier m’en fait ressentir plusieurs autres, j ‘aime bien. Alors un métier pour plus tard : le même, et d’autres encore !

M-P : Pour un bon repas, il faut :

 HT : oula ! ça, c’est une passion de tous les jours

(et ce soir on mange quoi ?  Les Hutin, on leur fait quoi  ? C’est toi ou c’est moi qui fait les palourdes au chorizo ? C’est quoi qu on boit avec ? T’as acheté du fromage ? T’as allumé le four ? Il en reste ? On fait quoi demain ? On commande des sushis  ?… Et si on allait au « bal café ? » )

M-P : Une expression/un proverbe :

 HT : Picasso disait « je ne cherche pas je trouve » , j ‘aime bien dire « si tu cherches pas, tu trouves pas »

M-P : Un juron :

HT : rien de particulier

…  – ça pourrait être « ben, si tu cherches pas tu trouveras pas », hein !

M-P : Une tendresse :

HT : pour tous ces souvenirs, ces rencontres, ces interventions, et ces aventures, et ce moment d’émotion partagée à la fin qui dit que, oui, on a bien fait, on a fait bien, c’était bien.

M-P : Un truc qui fait du bien :

HT : nourritures : musiques, livres, expos, savennières…

 M-P : Une actualité :

HT : Beaucoup. Beaucoup de blops ( en anglais , espagnol , italien… )  pas mal de  » jeux   » ( Phaidon  printemps et automne – et Djeko ),  des rééditions ( seuil jeunesse ), une histoire  »  sans titre   » ( titre provisoire ) et ( presque ) pas d’auteur ( en mars – Bayard )   une appli ou deux, pour voir, peut être, une expo très musicale à Reims le tinqueux, et quelques voyages…

 

 

(et ben moi, je suis bien contente de mon deuxième invité ! (tout comme de mon premier…) Un grand grand merci !!!!!!)

Et mes p’tits poulets… pour ne rien louper, y’a la pouletter (sur la page d’accueil)… sinon, le flux RSS (ça marche bien !) et le FB : et n’hésitez pas à partager mon poulailler, à commenter, à proposer des idées, des invités….

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires pour “« Mon » Tullet, c’est pas du poulet (oui, j’ai pas trouvé pire comme titre… désolée…)”

  1. Hey, merci Marie Poulette, j’en ai tout plein des TULLET dans les bacs de mes touts petits, ben je vais me coucher mains bête ce soir… un peu plus tard que les poules quand même!!!

  2. Il n’arrête donc pas ce Tullet… Je conseille a tout le monde UN LIVRE !

Laissez un commentaire