Marie-Poulette
ça caquète au poulailler


On dirait l’été. Mercredi 24 Mai 2017

On en avait parlé juste comme ça, sans penser qu’on le ferait vraiment. Descendre à la Chaumette avant l’été.

On a toujours dit, pour descendre à la Chaumette, faut au moins y rester 10 jours.

Quand Le Petit Dernier est né, 12 jours après sa naissance, 12 jours après la césarienne, nous sommes descendus, juste pour une semaine. C’était chouette, c’était court.

Et puis, les vacances de Pâques nous ont fait un tel bien, comme un havre dans ce monde trop mouvementé, nous avons rêvé de descendre avant l’été, comme si la Chaumette était à côté de chez nous, comme si c’était normal de faire 8 heures de route dans un sens, rester 4 jours et faire la rute dans l’autre sens. Arriver de nuit. Rouler de nuit.

On a scruté nos appli météo.

On a organisé notre boulot pour télé-travailler.

On l’a fait, nous sommes descendus.

Jacques et Sylvie ont ouvert les volets pour faire entrer la chaleur.

Ils ont fait un feu et même préparé une surprise pour le petit déjeuner.

On l’a fait ! On y est. On est bien.

On a pris le petit déjeuner dehors, les voisins sont passés papoter, on a mangé sous les pins…

Quand le petit dernier s’est endormi à la sieste, il a dit : Je suis content d’être à la Chaumette. On est bien à la Chaumette.

 

Voilà.

On va juste essayer d’être bien.

De se préserver un peu des saloperies du monde et de celles qu’on se prend la gueule (une charmante période. Je vous raconterai un jour… Pas tout de suite)

Love sur vous !

Je suis FB et sur IG itou !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !

Laissez un commentaire